Home » international » Recent Articles:

Adam et Eve sont des fables, l’enfer n’existe pas !

C’est le nouveau dogme de la sale Eglise catholique ! De plus, c’est le pape François qui l’affirme ! Oui, vous l’avez bien lu : le pape François a récemment affirmé que l’enfer n’existe pas, et que Adam et Ève ne sont rien d’autres que des fables ! Pour les amateurs de prophéties, pour qui ce pape est le dernier – c’est là la preuve irréfutable ! Pape sataniste, hérétique, anti-pape, comme le dirait le sédévacantisme, et cetera… Ainsi, le texte que vous allez à présent lire, est authentique ! Il prouve enfin la mascarade qui se trame dans les profondeurs de la satanique Eglise Catholique ! Le pape affirme clairement que Les athées croient au divin, les femmes peuvent être ordonnées, l’Eglise doit accueillir les homosexuels et hétéro-sexuels – même les pédophiles temps que nous y sommes (pourquoi pas ?). Même les violeurs, criminels verront Dieu. Celui-ci est Amour, ne l’oubliez pas. Trêve de discours logorrhéique, voici le texte : âmes sensibles (catholiques), s’abstenir de lire, vos yeux pourraient griller telles des saucisses dans un four…

Dans ses dernières révélations, le Pape François dit :

‘A travers l’humilité, la recherche de l’âme, et la contemplation de prière, nous avons acquis une nouvelle compréhension de certains dogmes. L’église ne croit plus en un véritable enfer où les gens souffrent. Cette doctrine est incompatible avec l’amour infini de Dieu. Dieu n’est pas un juge mais un ami et un amant de l’humanité. Dieu ne cherche pas à condamner, mais seulement à embrasser. Comme la fable d’Adam et Eve, nous voyons l’enfer comme un dispositif littéraire. L’enfer est simplement une métaphore de l’âme isolée, qui, comme toutes les âmes seront finalement unies dans l’amour avec Dieu.’

Dans un discours choquant qui résonne à travers le monde, le Pape François a déclaré que :

« Toutes les religions sont vraies, parce qu’elles sont vraies dans les cœurs de tous ceux qui croient en elles. Quel autre type de vérité y’a t-il? Dans le passé, l’église a été dure à celles qu’elle jugeait moralement répréhensible ou pécheresse. Aujourd’hui, nous ne sommes plus juge. Comme un père aimant, nous ne condamnons pas nos enfants. Notre église est assez grande pour les hétérosexuels et les homosexuels, pour les pro-vie et pro-choix ! Pour les conservateurs et les libéraux, les communistes sont les bienvenus et même nous ont rejoints. Nous aimons tous et adorons le même Dieu. »

Au cours des six derniers mois, les cardinaux, les évêques catholiques et les théologiens ont délibère dans la Cité du Vatican, en discutant de l’avenir de l’église et de redéfinir les doctrines et les dogmes catholiques de longue date. Le Troisième Concile Vatican II, est le plus grand et le plus important depuis que le Concile Vatican II a été conclu en 1962.

Le Pape François a convoqué le nouveau conseil à « enfin terminer le travail du Concile Vatican II. »

Le Troisième Concile Vatican II a conclu avec le Pape François annonçant que …

‘Le catholicisme est maintenant une “religion moderne et raisonnable, qui a subi des changements évolutifs. Le temps est venu d’abandonner toute intolérance. Nous devons reconnaître que la vérité religieuse évolue et change. La vérité n’est pas absolue ou gravée dans la pierre. Même les athées reconnaissent le divin. Par des actes d’amour et de charité l’athée reconnaît Dieu ainsi, et rachète son âme, devenant un participant actif dans la rédemption de l’humanité”.

Une déclaration dans le discours du pape a envoyé les traditionalistes dans un accès de confusion et d’hystérie …

‘Dieu est en train de changer et d’évoluer en tant que nous sommes, Dieu vit en nous et dans nos cœurs. Lorsque nous diffusons l’amour et la bonté dans le monde, nous touchons notre propre divinité et le reconnaissons. La Bible est un beau livre saint, mais comme toutes les grandes et anciennes œuvres, certains passages ne sont pas à jour. Certains appellent même à l’intolérance ou au jugement. Le temps est venu pour voir ces versets comme des interpolations plus tard, contrairement au message d’amour et de vérité, qui rayonne autrement par l’Écriture. Conformément à notre nouvelle compréhension, nous allons commencer à ordonner des femmes cardinaux, des évêques et des prêtres. Dans l’avenir, j’espère que nous aurons un pape féminin un jour. Que personne ne ferme la porte aux femmes qui sont ouvertes aux hommes!’

Quelques cardinaux de l’église catholique sont contre les dernières déclarations du Pape.

Pour la source, vous pouvez consulter le site Rumeurs d’AbidjanAfrican ManagerRésistance authentique, et d’autres sites qui se sont copiés les uns des autres… comme le Banco ; un autre mouton, du nom de Daniel Pignard – un soi disant prophète (sur ce blog) est venu nous présenter également le texte, et il nous renvoie à deux sites (le premierle deuxième) ; son but était d’essayer de confirmer ses prophéties sur le Pape François… A moins, qu’on ne soit vraiment con, il est d’une naïveté indicible pour penser qu’un Catholique peut gober une telle sornette ! Oui, il s’agit d’une fausseté : je ne saurai dire d’où vient cet INTOX (mais a seule lecture de cette fable crève les yeux et démontre par elle-même qu’elle est FAUSSE !). On ne peut que se gausser – ou se mettre en colère contre ceux qui, de nos jours, se prétendent enfants de Dieu, mais ployent sous le joug de la crasse ignorance, et sont toujours esclaves des mensonges du web (pas seulement). Mais en tant que Catholiques, nous avons l’habitude de ces attitudes infâmes… Pourtant, le Christ en mort pour La Liberté de tous (Galates V, 1). Et en II Corenthiens III, 17, on apprend que Là où est l’Esprit de Dieu, là est La Liberté… Ce sont donc ces moutons, pasteurs, prophètes auto-proclamés qui, lors de leur réunion sectaire vont affirmer être envoyés par l’Esprit de Dieu – permettez nous de douter ! Le mouton, c’est-à-dire celui qui suit bêtement, sans esprit critique, sans vérification de sources, ne peut être une personne envoyée par l’Esprit de Dieu qui libère ! C’est juste un esprit qui aime les contes de fées, les fables – pour reprendre le mot et qui approuve ce mensonge – à cause de sa vile ignorance, et du simple fait que c’est un mouton !… Sur les sites que nous vous avons proposés, il faudrait lire les commentaires, c’est clairement pitoyable ! Il y a tant de moutons dans ce monde ! C’est effrayant !

C’est une intoxication claire ! que vous soyez catholique traditionaliste, intégriste, conciliaire, sédévacantiste, cela saute aux yeux ! Ça crève les yeux, tellement c’est pathétique ! Pourquoi est-ce un mensonge ? Parce que, premièrement, le texte – copié sur plusieurs sites, ne cite AUCUNE SOURCE que l’on pourrait aller vérifier… étrange (ça pue les affirmations gratuites, ça pue un hoax !). Deuxièmement, le texte parle du Troisième Concile de Vatican II - celle-là, j’avoue que je n’ai pas pu m’empêcher : j’ai littéralement explosé de rires, tellement c’est risible ! Troisième Concile de Vatican II ? C’est lequel celui-là…?!!

Répondant à quelqu’un qui se fond parmi les moutons dont j’ai parlés, Daniel Pignard dont j’ai récemment fait référence, et qui disait que 2014 commençait bien avec ses affirmations du Pape, je réponds :

‘AIE..Heureusement que le ridicule ne tue pas ! Il y en ait qui seraient déjà morts il y a longtemps ! C’est carrément à se masturber l’esprit tout ça. Le troisième concile de Vatican II, tiens ; celle-là, je la retiendrai… Et je garde pour le bêtisier du blog. Un peu de rires ici bas, ça n’a jamais fait de mal à personne… Effectivement, 2014 commence bien ! je dirais même très bien, puisqu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil : l’ignorance crasse, la diffamation, la perfidie et le mensonge étant toujours les maîtres sur cette terre. Oui, effectivement, on ne pouvait mieux commencer… la roue tourne toujours’.

N’ayant pas très bien compris, Daniel Pignard (se croyant certainement drôle, ironique et intéressant) répond :

Je constate donc que vous infirmez ces nouveaux dogmes et que même vous contestez ces paroles comme venant du pape. Donc l’enfer existe bel et bien et Adam et Eve ont été une réalité, Ouf ! Et tous ceux qui diraient le contraire, qu’ils soient anathèmes.

A cela, nous avons répondu ceci :

Sincèrement, vous êtes con, ou vous le faites exprès ?

En même temps, je comprendrais que si vous vraiment con, vous compreniez pas l’ironie : on ne vous en voudra pas ! Quels dogmes j’infirme ? Vous êtes un troll ou quoi ? Apprenez à lire. Les dogmes catholiques ne sont pas contestables, car ce sont des vérités de Foi. Ici, je ne conteste rien, puisqu’il n’y a rien à contester…! Oui, oui, ça saute aux yeux que votre information est un INTOX (Et pafff dans la face !). Je ne voulais pas le dire directement, espérant que vous l’aviez compris du précédent message que j’ai posté (apparemment non).

Les nigauds qui ont répandu cet intox que vous venez déversé ici écrivent que le pape Francois a parlé du Troisième concile de Vatican II ! Heureusement que le ridicule ne tue pas ! – je le martèle encore une fois. Le troisième concile de Vatican II ?????!!! IL a lieu quand celui-là ?!!!! J’ai beau chercher dans tout le Magistère, je ne trouve rien ! Auriez vous vu dans le Futur, ce que nous ne connaissons pas encore ? A mourir de rires… Alors, excusez-moi monsieur le fantasmeur, je ne connais pas de troisième concile de Vatican II (les nigauds qui ont écrit une telle ânerie, tacitement, affirment qu’il y a eu 2 conciles de vatican II, ensuite un troisième ; et de surcroît, il y a aussi eu des conciles Vatican I)  Qu’est-ce que je me gausse ! J’avais pourtant décidé de ne plus répondre à ces platitudes : mais, vu comme on se marre, on ne s’en lasse pas ! Désolé, je ne connais que Deux conciles : Le concile Vatican I (1869-1870, interrompu à causes des troupes italiennes qui envahirent Rome), et le Concile Vatican II (1962-1965). Et il y a eu UN SEUL Concile Vatican II, pas trois ! S’il devait y avoir un troisième concile au Vatican, ce serait VATICAN III (3) !!!!!!! (et paff, claque !)… Alors, il est évident que le pape Francois n’a PAS prononcé ces mots ! De plus, des deux sites auxquels vous renvoyez, un est invalide ! Vous voulez savoir pourquoi ?! L’auteur s’est rendu compte qu’il s’agissait d’un intox, et a supprimé l’article… Tiens encore un mensonge qui prend une sacrée claque dans la figure..

Il est étonnant que les sites pourris auxquels vous renvoyez ne cite AUCUNE SOURCE ! Mort de rires… étonnant !

Oui, vous aviez donc raison : 2014 commence fort ! Les menteurs, les raisonnement perfides, la fantasmagorie, et les amateurs de prophéties sont toujours sur la toile – rien de nouveau sous le soleil ! Allez… rendormez vous ! cette fois j’arrête. A trop perdre du temps avec des cons, on le devient. QUI S’ASSEMBLE, se ressemble. Je vais donc éviter – comme je l’avais commencé !

Aux oreilles de l’insensé, ne parle pas. La Sagesse de ton discours, il le mépriserait(Proverbes 26, 4)
Quand un chef accueille des rapports mensongers, tous ses serviteurs sont mauvais(Proverbes 29, 12)

Il est évident que la colère est inévitable lorsqu’on voit à quel point l’ignorance, le mensonge et surtout la Paresse (péché capital) sévit dans ce monde ! En effet, avec un petit esprit critique, il n’était pas difficile de remarquer qu’il s’agit d’une fausse information ! Autre fait étrange, bien que l’intox ait déjà quelques mois (puisqu’il semble en effet que cette invention a pris place entre juin et décembre 2013), il est patent qu’il est popularisé en début janvier 2014 ! De fait, tous les sites qui colportent cette affabulation, cette fantasmagorie, l’ont presque tous publié entre le 01 et 02 janvier (les commentaires, aussi misérables, pitoyables que l’article, ont suivi ; pas tous heureusement !). Entre le premier et le deux janvier : je ne sais pas trop quoi penser, si ce n’est que la plupart a dû gravement abuser de l’alcool et de la drogue lors de la s. Sylvestre pour pondre de telles sornettes !

Faute de connaissance, mon peuple périt ; parce que tu as rejeté la connaissance, et parce que vous avez embrassé l’ignorance, le Seigneur vous rejettera de son Sacerdoce !(Osée, VI, 4)                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

En Ukraine, la loi restreignant les manifestations promulguée

Des manifestants pro-européens défilent dans les rues en Ukraine contre un projet de lois destiné à durcir la législation visant les manifestations.

Une loi ukrainienne destinée à durcir la législation concernant les manifestations, votée à main levée jeudi par le Parlement, a été promulguée, vendredi 17 janvier, par le président Viktor Ianoukovitch.

Ce texte prévoit notamment des peines allant jusqu’à quinze jours de prison ou des amendes de près de 500 euros pour l’installation de tentes, de scènes ou de haut-parleurs non autorisés au préalable. Les personnes et organisations accusées de fournir des équipements aux contrevenants pourraient elles aussirisquer une amende de près de 1 000 euros ou une peine de dix jours de prison.

Lire l’analyse (édition abonnés) : En Ukraine, le pouvoir fait voter des lois répressives pour éteindre la contestation

Le vote de cette loi a provoqué le mécontentement de nombreux responsables politiques.

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a fustigé devant la presse cette législation « antidémocratique » qui « [viole] les normes de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe et de l’Union européenne ». Des élus américains ont par ailleurs prévenu mercredi qu’ils envisageaient d’imposer des sanctions à l’Ukraine et de priver de visas les responsables de la répression des manifestations pro-occidentales à Kiev.

Plus tôt dans la journée, la chef de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton, a elle aussi exprimé son inquiétude. « Je suis profondément préoccupée par les événements de Kiev », a affirmé Mme Ashton, en dénonçant des textes votés « précipitamment » et qui limitent « les droits fondamentaux »des citoyens ukrainiens « à un moment de crise politique ». Somme toute, des lois« qui ne contribuent pas au renforcement de la confiance », a-t-elle conclu.

De son côté, le commissaire chargé de l’élargissement, Stefan Füle, s’est déclaré « profondément préoccupé par une législation qui limite les libertés et contredit les aspirations européennes de l’Ukraine et ses engagements pour un accord d’association » avec l’Union européenne. Le Monde.fr avec AFP

Mission espace Mars One : 75 Canadiens dans la courte liste des candidats

Représentation d'un astronaute sur Mars

Plusieurs dizaines de Canadiens fascinés par l’espace sont surpris, excités et confiants après avoir atteint la deuxième ronde de sélection pour un aller simple vers la planète Mars. Le Sherbrookois Norm Green est du nombre.

Ces 75 Canadiens, 43 femmes et 32 hommes, se rapprochent ainsi de la possibilité de faire partie des premiers humains à poser le pied sur la planète rouge.

Mars One, une organisation à but non lucratif établie à Amersfoort, aux Pays-Bas, projette d’envoyer un équipage de quatre personnes tous les deux ans, le premier groupe devant arriver en 2025.

L’organisme a indiqué avoir un bassin mondial de candidats de plus de 200 000 personnes, dont 8243 Canadiens. La moyenne d’âge se situe à environ 35 ans.

Le 30 décembre, ce bassin a été réduit de 99,5 %, laissant seulement 1058 candidats pour la deuxième ronde de sélections. Cinq résidents du Québec figurent dans cette deuxième liste.

Certains parents qui pourraient ne plus jamaisvoir leur proche semblent avoir des sentiments mitigés quant à la possibilité de voir un être cher participer à une première colonie en sol martien.

La Québécoise Audrey Roy, étudiante en génie civil âgée de 19 ans, a ainsi sauté sur l’occasion, affirmant qu’elle rêve depuis toujours de voyager dans l’espace.

Résidente de Saint-Éphrem-de-Beauce, dans la région de Chaudière-Appalaches, Mme Roy a affirmé que la nouvelle avait été accueillie avec joie et tristesse par ses parents et amis, qui se réjouissent pour elle, mais appréhendent le fait de ne plus jamais la revoir.

La jeune femme dit avoir aussi le « coeur brisé » à l’idée de s’exiler ainsi, tout en soulignant qu’elle aurait accès à Internet sur Mars, et serait en mesure d’envoyer des vidéos et des messages textes.

Mme Roy figure sur une liste de 40 Canadiens en lice qui ont accepté que leur identité soit rendue publique, les 35 autres candidats ayant refusé que leur nom soit publié.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Source : Radio-Canada

Un homme tue son beau-père avec ses sous-vêtements

La presse américaine rapporte qu’un ancien militaire a asphyxié son beau-père avec un “atomic wedgie” : en lui remontant l’élastique du slip autour du cou.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Un "wedgie". Photo d'illustration.

Le shérif de McLoud n’en a pas cru ses yeux lorsqu’il a découvert le corps sans vie de Denver Lee St Clair, 58 ans : “Je n’avais jamais vu cela de ma vie : quand nous avons trouvé la victime, la bande de son slip était autour de son cou.” Une pratique connue dans les écoles sous le nom d’”atomic wedgie”, et qui a entraîné le décès par asphyxie. Depuis que cette histoire a été rapportée dans la presse en fin de semaine dernière, les médias américains multiplient les articles : le 21 décembre dernier, monsieur St Clair a bien été tué avec son propre slip par son beau-fils, Brad Davis, 33 ans et ancien Marine.

Le jeune homme aurait tué son beau-père au cours d’une discussion animée et arrosée, alors que ce dernier exprimait en des termes fort peu élogieux son désamour pour son ex-compagne, la mère de Brad. L’ancien militaire a affirmé avoir agi en situation de légitime défense, car son aïeul lui aurait “sauté dessus”, le forçant à pratiquer un “geste d’autodéfense” pour le moins original et efficace.

Poursuivi pour homicide

Mais il n’a pas convaincu la justice qui le poursuit pour homicide. Les soupçons ont été renforcés après la découverte d’un SMS pouvant laisser croire à une préméditation, et à la suite des interrogatoires, qui ont montré que les altercations violentes étaient récurrentes entre les deux hommes. Les médias américains rapportent que le slip était si serré autour du cou qu’il a laissé des traces de blessures sur la peau.

Le wedgie est une pratique largement répandue chez les jeunes américains. Stéréotype de la blague potache, elle consiste à tirer les sous-vêtements de la victime pour les lui coincer (to wedge) entre les fesses et exercer une pression inconfortable sur les parties génitales. Un “atomic wedgie”, la punition ultime, très difficile à réaliser avec la plupart des sous-vêtements normalement taillés, consiste à coincer l’élastique derrière le cou, quitte à risquer la rupture du vêtement. Les sites de partage de vidéos en ligne en regorgent…                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             TEXTE//LE POINT.FR

Le Monde, Comment Jean-Bertrand Aristide présidait au trafic de drogue en Haïti

1er avril 2004
Jean-Michel Caroit

Condamné à Miami, le trafiquant Beaudoin “Jacques” Kétant accuse l’ex-chef de l’Etat d’avoir été le “parrain” de lacocaïne sud-américaine dans le pays. Les Etats-Unis utilisent le dossier des stupéfiants comme un moyen de pression. L’inculpation reste une menace pour l’ancien président.
“Il m’a trahi, comme Judas a trahi Jésus.” C’était le 25 février, quatre jours avant la fuite du président haïtien Jean-Bertrand Aristide. Peu avant d’être condamné à 27 ans de prison et 30 millions de dollars d’amende par un tribunal fédéral à Miami, Beaudoin “Jacques” Kétant accusait M. Aristide d’être le “parrain” du trafic de drogue en Haïti.
Propriétaire d’une maison évaluée à 8 millions de dollars à Vivi Michel, sur les hauteurs surplombant Port-au-Prince, exhibant des toiles de Picasso et de Monet, M. Kétant a reconnu avoir distribué plus de 40 tonnes decocaïne colombienne aux Etats-Unis depuis une douzaine d’années. “Le patron, c’était Aristide. Je l’ai payé durant des années. Il fallait le payer, sinon on mourait”, a-t-il déclaré devant le tribunal. Partenaire des principaux cartels colombiens de Medellin, de Cali et du Norte del Valle, Beaudoin “Jacques” Kétant avait débuté dans le trafic avec le colonel Michel François, l’un des “cerveaux” du coup d’Etat qui avait renversé Jean-Bertrand Aristide en septembre 1991. Cet ancien chef de la police est réfugié au Honduras, un pays qui n’a pas de traité d’extradition avec les Etats-Unis.
M. Kétant avait noué d’étroites relations avec le président Aristide depuis leur rencontre, en 1998, par l’intermédiaire d’un autre trafiquant. Il le qualifiait de “compadre” (compère), une expression amicale commune en Amérique latine. Beaudoin Kétant affirme qu’il lui versait environ 500 000 dollars par mois pour l’usage exclusif de la Nationale 9, où la police interrompait le trafic pour permettre l’atterrissage des avionnettes chargées de cocaïne. M. Kétant cotisait aussi environ 500 000 dollars par an à la Famille Lavalas, le parti présidentiel, et envoyait régulièrement des sommes importantes à la Fondation Aristide pour la démocratie, selon son témoignage recueilli en prison par l’intermédiaire de son avocat, Ruben Oliva.
AUTORITÉS CORROMPUES
En février 2003, un jeune frère de Beaudoin Kétant, Hector, est tué à son domicile lors d’une descente de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI). “Aristide avait besoin d’argent pour financer le carnaval. D’habitude, il prenait 30 %, mais, cette fois, il voulait 80 % sur une grosse cargaison, plus de 700 kg. La négociation a mal tourné et Rudy Thérassan a tiré sur Hector et l’un de ses gardes du corps, Hermann Charles”, selon un témoin. Aujourd’hui réfugié à Miami où il travaille pour la DEA (le service antidrogue américain), le chef de la BRI, Rudy Thérassan, était au cœur du dispositif mis en place pour “taxer” le trafic de drogue.
En mai, Beaudoin “Jacques” Kétant et ses gardes du corps provoquent un scandale à l’Union School, le très chic collège bilingue de Port-au-Prince, où l’un de ses fils côtoie les enfants des diplomates américains. Outrée, l’ambassade des Etats-Unis proteste directement auprès du président Aristide, qui s’efforce alors d’obtenir la reprise de l’aide internationale, gelée depuis la crise post-électorale de 2000. Le 17 juin, M. Kétant est convoqué au palais présidentiel où il est, selon ses termes, “kidnappé” et livré à cinq agents de la DEA, l’Agence américaine de lutte contre le trafic de drogue. Menotté, il tente de s’enfuir sur le tarmac de l’aéroport de Port-au-Prince avant d’être emmené à Miami. “Peu après avoir livré Kétant, Aristide a obtenu la reprise des financements de la Banque interaméricaine de développement”, note un diplomate.
Depuis des années, les rapports officiels américains notent qu’Haïti “est une plateforme importante de transbordement de la cocaïne sud-américaine vers les Etats-Unis” et décrivent la corruption des autorités, qui permettent aux trafiquants d’opérer sans encombre. La presse américaine a publié de nombreux articles sur ce sujet. Il y a deux ans, le Wall Street Journal citait Mario Andrésol, ancien directeur de la police judiciaire haïtienne, qui s’était exilé : “Les trafiquants travaillent avec Aristide… Des personnes que j’ai arrêtées pour trafic de drogue ont été promues au sein de la polic.”
“Il est difficile d’imaginer qu’Aristide ne participait pas à cette activité criminelle extrêmement lucrative”, a déclaré récemment à une chaîne de télévision l’ancien général Barry McCaffrey, responsable de la lutte antidrogue du président Bill Clinton. Outre M. Kétant, une cinquantaine d’autres trafiquants haïtiens sont sous les verrous aux Etats-Unis. L’un d’eux, Eliobert Jasmé, surnommé “Ed1″, du nom de son entreprise de construction, a jusqu’à présent refusé de parler et a choisi le même avocat que l’ancien président panaméen Manuel Noriega, Me Frank Rubino. Mais d’autres se sont mis à table. Carlos Ovalle, un trafiquant colombien qui a longtemps résidé en Haïti, a ainsi accepté de coopérer avec les autorités américaines.
RÉUNION D’URGENCE
La récente arrestation à Toronto d’Oriel Jean, ancien chef de la sécurité présidentielle, est encore plus menaçante pour M. Aristide. Envoyé aux Etats-Unis, Oriel Jean a été inculpé pour trafic de cocaïne par le tribunal fédéral deMiami. Selon un informateur de la DEA, un ancien trafiquant de drogue haïtien, Oriel Jean prélevait 50 000 dollars sur chaque cargaison de cocaïne qui arrivait par avion en Haïti.
“Les Américains savaient parfaitement ce qui se passait. Je leur ai personnellement transmis des informations qui n’ont pas eu de suite. Ils connaissaient l’importance du narcotrafic dans l’économie haïtienne. Mon impression est qu’ils préféraient fermer les yeux pour ne pas devoir prendre en charge Haïti”, confie un général à la retraite de la République dominicaine voisine. Dès la fin des années 1990, plusieurs de ses informateurs dans la zone frontalière lui avaient indiqué que les trafiquants versaient un “péage” à la Fondation Aristide.
Pour Washington, la principale menace venant des grandes Antilles est l’immigration illégale. L’attaque de la base navale de Killick par un groupe de “chimères”, les partisans armés de l’ancien président haïtien, a été l’un des éléments décisifs qui a poussé le gouvernement américain à demander, peu après la France, le départ de M. Aristide. Située à la sortie sud de Port-au-Prince, cette base des garde-côtes a pour mission principale de contrôler les boat people. L’attaque a provoqué une réunion interministérielle d’urgence à la Maison blanche, le 27 février, au cours de laquelle le plan de la Communauté des Caraïbes (Caricom), prévoyant le maintien du président Aristide au pouvoir jusqu’au terme de son mandat, en 2006, a été abandonné par Washington.
Pour les Américains, le dossier drogue arrive en deuxième position après le risque d’une arrivée massive de réfugiés, et il est souvent utilisé comme un moyen de pression, voire de chantage. Plusieurs membres de l’administration Bush sont partisans d’une inculpation rapide de Jean-Bertrand Aristide pour trafic de stupéfiants. La récente suspension de son visa américain pourrait être un premier pas. D’autres préfèrent conserver cette arme comme une épée de Damoclès. “Plus il ouvre la bouche, plus l’inculpation se rapproche”, dit un fonctionnaire qui travaille sur le dossier.
A Port-au-Prince, “tout le monde savait”
Dans un discours d’une rare franchise, le 9 juillet 2003, l’ambassadeur des Etats-Unis à Port-au-Prince, Brian Dean Curran, en fin de mission, dénonce la tolérance de la société haïtienne à l’égard du trafic de drogue. “Lestrafiquants sont bien connus. Ils s’approvisionnent dans vos magasins ; vous leur vendez des maisons ou leur en construisez de nouvelles ; vous prenez leurs dépôts ; vous éduquez leurs enfants”, lance-t-il aux membres, pétrifiés, de la chambre de commerce américaine d’Haïti, l’élite économique du pays. “En Haïti, les trafiquantsn’avaient pas besoin de se cacher. Tout le monde savait”, confirme un diplomate. Tout le monde, à commencer par les Américains. Pourquoi n’ont-ils pas utilisé ce dossier contre Jean-Bertrand Aristide, comme ils l’avaient fait contre Manuel Noriega, l’ancien président du Panama qui croupit dans une prison de Miami depuis 1989 ?

La reproduction, la redistribution ou la syndication du texte ci-dessus, dans son intégralité ou en partie, nécessitent l’autorisation préalable et expresse de Le Monde.                                                                                                                                                                                                          

Search This Site:

DERNIÈRES INFOS

Organisation des Nations unies

United Nation News

FACEBOOK

Advertisement